HomeLatest ThreadsGreatest ThreadsForums & GroupsMy SubscriptionsMy Posts
DU Home » Latest Threads » ucrdem » Journal
Page: 1

ucrdem

Profile Information

Gender: Male
Hometown: El Pueblo de Nuestra Senora la Reina de los Angeles
Home country: US
Current location: East of East L.A.
Member since: Sun Jan 20, 2013, 08:15 PM
Number of posts: 15,300

Journal Archives

Karen Bass supports the Green New Deal and Medicare for All

From an LA Times e-mail, "What you need to know about Karen Bass" :

You may not currently know the five-term congresswoman’s name if you live in Iowa, but you almost certainly do if you live in South Los Angeles, where Bass has been involved in civil rights activism since the early 1970s. (She traces the beginning of her decades-long work on police reform to an incident in which she was harassed by LAPD officers in 1973 — the year George Floyd was born.)

{snip}

Another common thread in her career has been as a bridge-builder, with news coverage often noting her ability to maintain working relationships far across the aisle. Minority Leader Kevin McCarthy, a Central Valley conservative, has called her his favorite Democrat. The pair, who met in the California statehouse, text regularly.

And like Biden, her life has been reshaped by sudden tragedy and grief. In 2006, her daughter and son-in-law, both 23, were killed in a crash on the 405. . . .

The California outlook

While the nation speculates on a list of final contenders — which also includes former national security advisor Susan Rice, Massachusetts Sen. Elizabeth Warren and Illinois Sen. Tammy Duckworth — the inclusion of Bass and Harris has stirred up the Golden State political scene. “The two women hail from opposite parts of the state and have substantially different résumés, but their fate on the presidential ticket has become inextricably linked, thanks to unusually public jockeying by allies on their behalf.” . . . . Biden is said to be close to making his choice and is expected to announce his decision by next week.
.........

I think she'd make a great veep and and a great president!

California takes starring role in VP search as Karen Bass ascends and Kamala Harris comes under fire

Los Angeles Times, AUG. 4, 2020 5 AM

With speculation over Joe Biden’s choice of a running mate hitting peak breathlessness, the inclusion of two prominent California Democrats on his shortlist is stirring up the Golden State political scene.

The guessing game over the vice-presidential pick — a quadrennial tradition — has centered its focus of late on Sen. Kamala Harris, long considered a front-runner for the job, and Rep. Karen Bass, a newly ascendant contender. The two women hail from opposite parts of the state and have substantially different resumes, but their fate on the presidential ticket has become inextricably linked, thanks to unusually public jockeying by allies on their behalf.

The maneuvers, both overt and private, underscore the high stakes that come with simply being mentioned as a vice-presidential prospect.

“For both Harris and Bass, being seriously considered by Biden means a boost in their future credibility and visibility,” said Rose Kapolczynski, a longtime Democratic strategist in the state. “It lets Kamala recover from a rocky campaign of her own. And it takes a little-known SoCal member of Congress and catapults her onto the national scene.”

https://www.latimes.com/politics/story/2020-08-04/kamala-harris-karen-bass-biden-vp?utm_source=sfmc_100035609&utm_medium=email&utm_campaign=28807+Today%27s+Headlines+8%2f4%2f20&utm_term=https%3a%2f%2fwww.latimes.com%2fpolitics%2fstory%2f2020-08-04%2fkamala-harris-karen-bass-biden-vp&utm_id=11272&sfmc_id=685701

Qui sont les 6 femmes pressenties pour devenir colistiere de Joe Biden ?

Présidentielle aux Etats-Unis : qui sont les 6 femmes pressenties pour devenir colistière de Joe Biden ?



franceinfo avec AFP, d'aujourd'hui:

. . . Si de nombreux noms ont circulé depuis des mois comme les gouverneures Gretchen Whitmer et Michelle Lujan Grisham, l'élue de la Chambre Val Demings ou encore la sénatrice Tammy Baldwin, franceinfo s'est concentré sur les six favorites:

Kamala Harris : la plus déterminée

Points forts : Née à Oakland, en Californie, et fille d'immigrés jamaïcain et indienne, Kamala Harris accumule les titres de pionnière. Après deux mandats de procureure à San Francisco, elle devient ensuite la première femme, mais aussi la première personne noire, à accéder au poste de procureure de Californie. En janvier 2017, elle a prêté serment au Sénat à Washington, s'inscrivant comme la première femme originaire d'Asie du Sud et seulement la seconde sénatrice noire dans l'histoire américaine. Elle connaît bien Joe Biden et était proche de son fils Beau, mort d'un cancer en 2015.

Points faibles : Si elle est aujourd'hui favorite, certains alliés de l'ancien vice-président ne pardonnent pas à la sénatrice de ne pas avoir eu assez de "remords" après avoir vivement critiqué le candidat démocrate lors de la primaire démocrate, où elle aussi convoitait l'investiture du partie. Dès le premier débat, elle l'a attaqué sur ses positions passées concernant les politiques de dé-ségrégation raciale dans les années 1970. Une prise de parole très remarquée et fidèle au style incisif dont elle fait preuve au Sénat. Les proches de l'ancien vice-président mettent ainsi en garde contre une colistière trop "ambitieuse" et rappellent qu'elle avait eu grand mal à décoller dans les sondages lors de la primaire démocrate.

Susan Rice : la mieux préparée



Points forts : Son expérience ne fait aucun doute. Ambassadrice aux Nations unies puis conseillère à la sécurité nationale sous la présidence de Barack Obama, la diplomate Susan Rice serait prête dès le premier jour à seconder Joe Biden sur les dossiers sensibles de politique étrangère. Réputée offensive, elle a appris à batailler avec la Russie et la Chine au Conseil de sécurité de l'ONU de 2009 à 2013, et saurait afficher la fermeté que le candidat démocrate veut incarner face aux adversaires stratégiques des Etats-Unis. Cette spécialiste de l'Afrique, marquée par le génocide de 1994 au Rwanda auquel elle a assisté impuissante au sein du gouvernement de Bill Clinton, connaît aussi parfaitement les rouages de la Maison Blanche. D'ailleurs, Joe Biden "a d'excellentes relations avec elle, ils ont travaillé ensemble pendant huit ans de manière très très proche, et cela compte beaucoup pour quelqu'un comme lui", estime David Barker, professeur à l'American University de Washington, cité par l'AFP.

Points faibles : Susan Rice, née à Washington de parents universitaires, bardée de diplômes prestigieux, n'a jamais été élue et pourrait être perçue comme une fonctionnaire éloignée des réalités de l'Amérique profonde. Plus embêtant encore, elle été éclaboussée par la polémique sur l'attaque de 2012 contre la mission diplomatique américaine de Benghazi, en Libye. Cela l'avait contrainte à l'époque à renoncer à briguer le poste de secrétaire d'Etat, et en ferait aujourd'hui une cible de choix pour le camp trumpiste.

Karen Bass : la plus discrète



Points forts : Méconnue malgré sa déjà longue carrière parlementaire, le profil discret de Karen Bass pourrait plaire à Joe Biden, à la recherche d'un bras droit fidèle et fiable, à l'instar de ce qu'il a été pour Barack Obama. Arrivée à la Chambre en 2011, cette ancienne assistante médicale était auparavant élue à l'Assemblée de Californie depuis 2004, dont elle était devenue, en 2008, la première présidente afro-américaine. Karen Bass dirige aujourd'hui l'influent groupe des élus noirs du Congrès américain et a rédigé un projet de réforme de la police portant le nom de George Floyd.

Points faibles : Ses positions marquées nettement à gauche pourraient en faire une cible évidente pour les républicains. Et un communiqué datant de 2016 risquerait de lui nuire particulièrement auprès des électeurs d'origine cubaine, cruciaux pour remporter la Floride : "La disparition du 'Comandante en Jefe' est une grande perte pour le peuple cubain", avait-elle écrit après la mort de Fidel Castro.

Elizabeth Warren : la plus progressiste

Points forts : Portée par des supporters enthousiastes, la sénatrice progressiste était un temps apparue favorite de la primaire démocrate. Plutôt que d'accorder son soutien à Bernie Sanders, un "ami" pourtant proche de ses idées, elle a fait durer le suspense jusqu'à se rallier à Joe Biden en avril. Elle fait depuis campagne activement pour son ancien rival centriste, et participait encore vendredi soir à une levée de fonds en ligne. Avec cette pourfendeuse de Wall Street à ses côtés, le candidat démocrate pourrait attirer les plus à gauche mais aussi des électeurs afro-américains, chez qui elle a fait de meilleurs scores dans les sondages que Kamala Harris.

Points faibles : A 71 ans, elle aurait du mal à incarner la relève. Et son programme résolument progressiste pourrait effrayer les modérés et donner des arguments au camp Trump qui tente de décrire Joe Biden comme une "marionnette" de la "gauche radicale". Bête noire du président républicain, elle serait aussi certainement attaquée sur des origines amérindiennes infimes qu'elle a longtemps revendiquées. De plus, la nommer donnerait aux républicains un siège précieux au Sénat que les démocrates espèrent reprendre en novembre.

Tammy Duckworth : la plus gradée



Points forts : Le parcours de la sénatrice Tammy Duckworth est exceptionnel à plus d'un titre. Fille d'un vétéran de l'armée américaine et d'une mère thaïlandaise, elle s'est engagée dans l'armée et dans les Marines, avant d'être blessée en Irak en 2004, lorsque l'hélicoptère qu'elle copilotait fut touché par des insurgés. Amputée des deux jambes, elle a ensuite rejoint le gouvernement de Barack Obama au sein du très puissant ministère des Anciens combattants. Au Congrès, elle représente l'Illinois, Etat industriel du Midwest, dont elle a été d'abord l'élue à la Chambre des représentants de 2013 à 2017, puis au Sénat. Selon David Barker, professeur à l'American University de Washington, cette "héroïne de guerre", dans un pays qui adule ses vétérans, peut s'avérer "un peu plus sympathique et proche des gens" que certaines de ses concurrentes pour "une part importante de l'électorat".

Point faible : Tammy Duckworth est beaucoup moins connue du grand public que ses collègues Kamala Harris et Elizabeth Warren.

Keisha Lance Bottoms : la plus fidèle



Points forts : La maire d'Atlanta, Keisha Lance Bottoms, est une fidèle soutien de Joe Biden. Mise en lumière pour sa gestion des manifestations qui ont sécoué sa ville à la suite de la mort de George Floyd, elle est aussi citée parmi les maires qui ont pris les choses en mains dans le cadre de la lutte contre l'épidémie de coronavirus, -avant d'annoncer elle-même avoir contracté la maladie. Fille d'un célèbre chanteur, Major Lance, elle a connu la difficulté quand ce dernier a été incarcéré pour possession de cocaïne, laissant sa mère subvenir au besoin de la famille à la tête d'une petite entreprise. Avocate et magistrate avant d'être élue, cette maire de quatre enfants apparaît comme une politicienne proche des gens.

Point faible : Son manque d'expérience au niveau fédéral semble affaiblir ses chances de figurer sur le ticket au côté de Joe Biden.

https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/presidentielle-aux-etats-unis-qui-sont-les-6-femmes-pressenties-pour-devenir-colistiere-de-joe-biden_4064405.html
................

décisions, décisions . . .
Go to Page: 1